skip to content »

www.gazetaperekrestok.ru

Elle cam sex

Elle cam sex-83

Il y a quelques années encore, l’industrie se plaçait en observatrice, apprenait de son concurrent roumain et peinait à se professionnaliser.Aujourd’hui, la réalité semble bien différente : les studios colombiens excellent et innovent, parfois au détriment des principaux acteurs du marché, les cammeuses elles-mêmes.

Qu’elles viennent de Cali, Pereira, Medellin ou Bogotá, elles sont plusieurs milliers à se connecter chaque jour et certains noms vous sont sûrement familiers : Molly Brooke, Sofie Cooper, Millie Martins ou encore Sofia Laren.Tout y est mis en œuvre pour que les camgirls colombiennes deviennent les reines incontestables du business : un staff permanent à leur disposition (psychologue, web designer, avocats…), des salaires hebdomadaires, des formations payées etc.Et si seulement 10% d’entre elles parlent couramment anglais, des modérateurs bilingues sont en charge d’entretenir les chats avec les clients.AJ Studios est le plus gros studio de webcam d’Amérique du Sud avec plus de 700 modèles.Rien qu’en Colombie, il compte plus de 250 modèles « on site » répartis dans 8 succursales à travers le pays, des « studios franchisés » et une centaine de filles travaillant depuis leur domicile.La majorité de ces modèles sont des étudiantes ou des mères célibataires qui ont compris qu’elles pouvaient gagner entre quelques centaines et plusieurs milliers d’euros par semaine quand le salaire minimum du pays est d’à peine 240 euros par mois.

En Colombie, les études sont coûteuses et ne permettent pas d’obtenir des salaires élevés.

Les salaires y sont bas (le salaire moyen national était de 425 € par mois en 2015), le taux d’emploi des femmes inférieur à celui des hommes et peu de lois y régissent le marché du sexe en ligne, ce qui rend possible l’exploitation d’une main-d’œuvre prête à tout pour mieux gagner sa vie.

Cependant, la concurrence a émergé de l’autre côté de l’Atlantique.

Ils prélèvent en moyenne 50% de leurs recettes, en échange d’une pièce disposant d’un lit et d’une webcam.

Ajoutez à cela la commission prise par les sites de live cam sur ce que les clients dépensent (de 50 à 70%) et les filles n’empochent réellement qu’un quart de ce qu’elles gagnent.

Sur les plateformes de webcam, qu’elles soient sur le modèle « privé » ou freemium, les Colombiennes sont partout.